Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

En voici un concept intrigant : un jeu social de Turing. Le principe est simple, vous discutez avec quelqu’un pendant deux minutes et vous devez deviner s’il s’agit d’un humain ou d’un bot IA.

Si vous ne connaissez pas encore le test de Turing, il s’agit d’une expérience envisagée par le célèbre mathématicien Alan Turing en 1950. Son objectif était de tester la capacité d’une machine à se faire passer pour un humain. À l’époque, l’idée d’une IA capable de converser de manière intelligente avec nous paraissait bien lointaine, mais aujourd’hui, c’est presque devenu une réalité.

Ce jeu est en réalité une partie d’un projet de recherche scientifique plus vaste mené par AI21 Labs. Le but est de mettre en relation des joueurs, comme vous et moi, qui essayent probablement de deviner si leur interlocuteur est humain ou non. Evidemment, au milieu de tout ça, il y a également un bot IA, qui essaiera de se faire passer pour un humain.

Pour rendre les choses intéressantes, AI21 Labs utilise un mélange de différents modèles de langage. Parmi eux, vous trouverez Jurassic-2, GPT-4, Claude et Cohere. Les créateurs souhaitent ainsi rendre le jeu plus difficile, en mettant à l’épreuve notre capacité à distinguer les réponses générées par une IA.

Pour ceux parmi vous qui souhaitent se lancer, sachez que c’est entièrement gratuit. Arriverez-vous à faire la différence ??

À travers cette expérience, AI21 Labs cherche non seulement à évaluer les performances de leur IA, mais aussi à étudier les comportements humains face à cette technologie. En effet, notre réaction face à une IA qui nous est présentée comme humaine peut être très différente de celle face à une machine que l’on sait être une IA.

Ce jeu peut également nous amener à nous interroger sur les aspects éthiques et philosophiques liés à l’IA et aux machines dans notre société. En fin de compte, serons-nous capables de discerner aisément une IA d’un humain? Et si ce n’est pas le cas, qu’est-ce que cela signifie pour notre avenir?

Alors, si vous êtes curieux de savoir si vous pouvez identifier une IA parmi les humains, n’hésitez pas à participer au jeu social de Turing. Il pourrait vous surprendre de voir combien il est difficile de distinguer les réponses de l’IA de celles de vos semblables. Et, plus important encore, il pourrait vous amener à réfléchir aux implications de la croissance rapide de l’intelligence artificielle dans notre quotidien.

Voici, pour finir, quelques astuces pour essayer de repérer l’IA dans ce jeu social de Turing:

  1. Observez attentivement les réponses : les IA ont parfois tendance à donner des réponses trop parfaites ou à ne pas comprendre assez bien le contexte.
  2. Posez des questions inhabituelles ou inattendues : les IA utilisent généralement des réponses basées sur leur base de connaissances, les questions qui sortent de l’ordinaire peuvent les déstabiliser.
  3. Essayez de voir si la réponse est évasive ou a tendance à se rediriger vers un sujet différent : les IA peuvent parfois manquer de compréhension et essayer de changer le sujet.

Perso, en tant que participant humain, j’ai répondu aux questions des autres comme si j’étais une IA. Oui, je suis un peu vicieux.

N’oubliez pas que le but de ce jeu n’est pas seulement de gagner, mais aussi de prendre conscience des capacités et des limites de l’intelligence artificielle en matière de communication et d’interaction avec les humains.

Alors, êtes-vous prêt à relever le défi ?


Imaginez un monde où vous pourriez chercher n’importe quoi à partir d’un mot clé dans les sous-titres de YouTube comme si vous cherchiez un mot dans un bouquin.

Eh bien, mes amis, ce monde existe ! Et vous n’avez même pas besoin de sortir votre Tardis pour vous y rendre.

Bah oui, parce qu’il arrive régulièrement qu’on cherche soit un passage dans une vidéo sans le retrouver, soit carrément une vidéo dans une mer d’autres vidéos sans jamais retomber dessus… Et ça, c’est triste ! Heureusement avec « Filmot« , ce problème va être vite résolu.

Ce site permet très facilement de rechercher des mots clés ou des phrases spécifiques dans les sous-titres de plus de 630 millions de vidéos présentes sur YouTube, soit environ 48 millions de chaînes. Incroyable, non ?

Par exemple, en entrant le mot « Korben » dans le petit champ de recherche, je peux en quelques instants retrouver toutes les vidéos qui parlent de moi. Ou si je cherche une expression comme « ceux qui ne sont rien » par exemple, et bien je peux en retrouver toutes les mentions dans tout un tas de vidéos.

Exemple d'image de sous-titres de vidéos YouTube

Alors, comment ça marche ? Hé bien c’est très simple.

Il suffit d’aller sur le site Filmot, d’entrer votre recherche et voilà ! Les résultats s’afficheront grâce à la magie d’internet et vous pourrez même les filtrer s’il y en a trop. C’est presque trop beau pour être vrai !!

Et si les sous-titres ne correspondent pas à l’audio ou à la langue de la vidéo, pas de souci. Comme les sous-titres sont générés automatiquement par YouTube, il peut évidemment y avoir des erreurs, mais vous pouvez toujours les signaler en cliquant sur le bouton « Report » de la vidéo concernée.

Bref, super outil, super pratique ! À tester ici !


En informatique, quand on a un souci technique, on a toujours des alliés de poids avec nous : Les logs !

Mais bon, parcourir des logs interminables pendant des heures et des heures à la recherche d’une petite heure, y’a de quoi se flinguer. Heureusement, j’ai l’outil qui va vous sauver la vie.

Baptisé Klogg (en hommage aux céréales, j’imagine…), cette application multi-OS vous permet de naviguer et de rechercher efficacement n’importe quoi dans vos fichiers de logs mêmes les plus balèzes.

Analyse des logs avec Klogg

Conçu pour les développeurs et les administrateurs système, et inspiré de Glogg dont je vous ai déjà causé, Klogg se veut être la combinaison graphique et interactive de grep, less et tail. Rien que ça !

Voici quelques-unes de ses fonctionnalités :

  • Compatible avec les systèmes Unix, Windows et Mac grâce à Qt5
  • Lecture rapide des fichiers directement depuis le disque, sans les charger en mémoire
  • Gestion des fichiers texte volumineux (10+ Go ne lui font pas peur)
  • Résultats de recherche affichés séparément du fichier original
  • Support des expressions régulières compatibles Perl
  • Colorisation des logs et des résultats de recherche
  • Affichage d’un aperçu du contexte des lignes d’intérêt dans le fichier de log
  • Surveillance des modifications de fichier sur le disque et rechargement automatique (comme la commande tail)

Et en bonus, Klogg est optimisé grâce au multi-threading et aux instructions SIMD, supporte les fichiers avec plus de 2 147 483 647 lignes (safébokou), et bien d’autres fonctionnalités pour rendre votre expérience encore plus agréable.

Si cela vous dit d’essayer, vous pouvez le télécharger via ce site et ça fonctionnera sous macOS, Linux et Windows.

Grâce à Klogg, vous allez adorer vous plonger dans ces horribles fichiers sans fin (ou pas).


Hey, les Windowsiens, ça vous dirait aujourd’hui de personnaliser le menu contextuel de l’Explorateur de fichiers de votre OS préféré ?

Si vous êtes partant, il y a Shell, un outil qui va transformer votre menu contextuel (le menu qui en général s’affiche quand on fait un clic droit pour ceux qui se grattent la tête) en un véritable couteau suiiiisse !

Avec Shell, ce bon vieux temps où vous étiez condamné d’utiliser les options de base proposées par les ingénieurs de Microsoft est révolu. Vous allez pouvoir créer vos propres commandes pour accéder rapidement à vos sites Web favoris, à vos fichiers et dossiers, et même lancer vos applications directement depuis le menu contextuel.

Vous pourrez également modifier ou supprimer n’importe quel élément ajouté par le système ou tout logiciel tiers. Elle est pas belle la vie ?

Capture d'écran de l'interface utilisateur de Shell

Alors bien sûr c’est gratuit et Shell est compatible avec Microsoft Windows 7/8/10/11 (x86/x64/arm64).

Pour utiliser Shell, plusieurs options s’offrent à vous : Via l’installateur, en version portable ou via Windows Package Manager, Scoop ou encore Chocolatey. Choisissez celle qui vous plaît le plus et suivez les instructions qui vont bien. Tout est expliqué ici.

La documentation est top, il y a plein d’astuces pour l’utiliser également en ligne de commande.

Et si jamais vous trouvez encore le moyen de vous plaindre après ça, baaaah peut-être que vous devriez penser à passer à Linux. Juste une idée comme ça… lol

À télécharger ici.


— Article en partenariat avec Ambient IT

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une techno DevOps que tout le monde adore : Kubernetes. Notamment au travers de la formation d’Ambient IT, qui, en plus d’être membre de la Linux Foundation, est également partenaire officiel du programme KTP (Kubernetes Training Partner).

Pour rappel, Kubernetes (abrégé K8s) est un système open source qui permet de déployer, de faire monter en charge et de gérer des applications « micro services » sur plusieurs serveurs. En gros, Kubernetes, c’est le roi de l’orchestration de conteneurs et avec cette technologie, les entreprises peuvent aisément passer à la vitesse supérieure et entrer dans l’ère du « Cloud Native ». Dans sa formation de 21 heures réparties sur trois jours, Ambient IT offre ainsi un aperçu complet de Kubernetes, allant de son utilisation de base à son déploiement en production.

Attention, ce n’est pas une petite promenade de santé. Cette formation se veut intense, mais rassurez-vous, les formateurs sont au top puisqu’ils arrivent à partager leur expérience avec la techno de manièreéducative et divertissante tout en ayant une approche très pratique. Les ressources et les tutos fournis par Ambient IT sont clairs et concis. Cela vous permettra de vous concentrer sur l’essentiel en réalisant de nombreux exercices pratiques (TP) pour devenir un as des commandes Kubernetes.

Au travers de cette formation, vous toucherez à des tas de sujets liés à k8s comme : 

  • containerd 
  • Pods
  • kubectl
  • L’observabilité 
  • Le monitoring
  • Et en bonus Argo CD 

Voici les objectifs de la formation d’Ambient IT :

  • Comprendre les avantages d’utiliser les microservices
  • Être capable de déployer des applications orientées Cloud-Native
  • Devenir expert de Kubeadm, l’instrument d’installation de Kubernetes
  • Assimiler le processus de déploiement de Kubernetes en environnement de production
  • Gérer l’auto-scaling des applications
  • Maîtriser la redondance et l’auto-réparation des services logiciels
  • Automatiser la mise à jour des versions logicielles des applications

Comme vous pouvez le voir, cette formation Kubernetes est dense et technique. Donc idéale pour les administrateurs souhaitant maîtriser les concepts fondamentaux et avancés de Kubernetes. Une compétence très recherchée sur le marché de l’emploi actuellement.

Ensuite, après avoir suivi cette formation, vous pourrez si vous le souhaitez vous préparer pour obtenir les certifications CKA, CKAD ou CKS.

Bref, que vous soyez DevOps, développeur, administrateur système ou architecte Cloud, cette formation Kubernetes proposée par Ambient IT est faite pour vous. Elle est éligible par plusieurs dispositifs de financement, tels que l’OPCO, le CPF, le FAF pour les freelances, ou encore l’AIF avec pôle emploi.

Vous serez surpris de voir à quel point cette technologie DevOps peut transformer votre quotidien professionnel. Rendez-vous ici pour découvrir la formation.

Enfin, si vous vous inscrivez à une session en 2023, Ambient IT vous offre la certification de vos rêves (CKAD, CKA ou CKS) pour toute inscription en CPF si vous mentionnez « Korben » lors de votre inscription (Offre soumise à condition d’achat et non cumulable avec d’autres promotions ou réductions en cours).