Aller au contenu
Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

Je sais, il existe beaucoup d’alternatives gratuites à Spotify ou Deezer qui font la même chose, mais sans lâcher un kopeck. Je vous avais parlé de Nuclear il y a quelques semaines d’ailleurs, qui était très cool.

Et bien aujourd’hui, je vous cause de Spotube qui n’est pas basé sur Electron (!!), utilise l’API de Spotify pour son catalogue de titres et de playlists et qui va récupérer les sons sur YouTube. Un fonctionnement assez classique pour ce genre d’outil, mais surtout un client sans pub, sans collecte de données et bien sûr compatible tous OS.

Avec Spotube, vous pourrez parcourir vos propres playlists Spotify, les morceaux que vous aimez, les genres musicaux, les artistes…etc mais également télécharger localement les morceaux ou encore afficher les paroles des chansons de manière synchronisée avec le son pour vos soirées Karaoké.

Le projet est sous licence libre et en constante amélioration. Il y a encore des petits bugs parfois, mais c’est parfaitement utilisable pour dandiner vos petits popotins sur les derniers tubes.

Dispo sous Windows, macOS, Android, Linux ici.


Depuis maintenant plusieurs années, les utilisateurs de Windows ont la possibilité de sécuriser leurs données avec Bitlocker, l’outil de chiffrement de Microsoft. C’est hyper simple à mettre en place et les constructeurs l’ont adopté depuis longtemps en intégrant à leurs ordinateurs la fameuse puce TPM (Trusted Platform Module).

Ce qui permet à Bitlocker d’y stocker toutes les informations critiques relatives à la configuration de l’ordinateur, mais surtout la Master Key, c’est-à-dire la clé qui permet de déchiffrer tout le contenu.

C’est là qu’entre en scène le chercheur en sécurité StackSmashing qui a mis au point un moyen d’extraire physiquement cette clé à l’air d’un Raspberry Pi Pico à moins de 10 balles, d’un peu de soft, et d’un petit PCB maison. Grâce aux pins de son PCB, il peut alors se brancher directement au bus LPC de la puce TPM qui se trouve au dos de la carte mère, ce qui permet d’intercepter les messages transmis (donc la master key) entre la puce TPM et le CPU de l’ordinateur.

Comme vous pouvez le voir sur la vidéo, son bricolage est spécifique à certains modèles de laptop Lenovo (Thinkpad), mais ça peut-être facilement adapté (ou alors en soudant des fils) à tout type d’ordinateur comme il le montre à la fin, avec la Surface Pro (et un petit trou dans sa carlingue)

Toutefois, n’allez pas croire que votre ordinateur est forcément sensible à cette attaque surtout s’il est récent puisqu’à présent, les fabricants de processeurs comme Intel ou AMD ont directement intégré le TPM au CPU, donc c’est plus la même partie de plaisir.

Source


En tant que geek et amateur de matériel technologique, vous devez surement avoir chez vous un bon petit stock de piles de tous formats pour mettre dans les télécommandes, modules IoT et autres jouets pour les gosses.

Sauf que bien choisir ses piles, ce n’est pas facile. Il y a tellement de marques à des prix différents avec des promesses de capacité différente qu’il est impossible pour le consommateur de connaitre le meilleur rapport qualité prix.

Mais c’était sans compter sur Joffrey, de la chaine « Le Bricolage c’est Cool » qui a mis au point un protocole de test et réalisé une étude sur 45 références de piles du marché, des piles Amazon, en passant par les piles Action ou E. Leclerc.

Et vous allez voir, le résultat est surprenant et ce n’est pas forcement les marques les plus cotées qui sont les plus rentables à acheter en termes de coût par quantité d’énergie délivrée.

A regarder !!


Débutée en 1983, la série de Lode Runner vous a probablement marqué si vous êtes un ancien qui a notamment tâté du jeu d’arcade ou de l’Apple II, du Commodore 64, ou encore de l’Amstrad. Même les plus jeunes ont pu tester sur la console virtuelle de la Wii.

L’intérêt de ce jeu repose sur son gameplay qui consiste à traverser des niveaux composés de briques qu’on peut casser, d’échelles à grimper et de barres suspendues pour esquiver les ennemis, les tuer et récupérer les lingots d’or.

C’est simple, mais efficace et surtout terriblement addictif puisque vous devez planifier soigneusement vos mouvements et utiliser l’environnement à votre avantage pour éviter d’être capturé.

Le truc merveilleux si vous voulez retrouver les sensations de ce jeu, c’est de plonger vers ce portage HTML5 réalisé avec CreateJS. Comme ça vous pouvez jouer directement dans votre navigateur !

Le jeu propose 3 modes de jeu (challenge, entrainement et éditeur de niveau) et un mode démo qui rejoue les niveaux passés. Et Lode Runner est jouable dans 5 versions : la classique, la pro, la « revenge », la « fan book » et bien sûr la Championship.

Bien sûr le code source est dispo donc vous pouvez le porter sur la machine de votre choix si vous avez envie.


Ah, les années 90 ! Qu’est-ce que c’était cool quand même ! Chaque nouveau jeu qui sortait, c’était une révolution et c’est d’ailleurs cette époque a donné naissance à de nombreux classiques, dont l’un des plus célèbres jeux de course futuristes : wipEout, sorti en 1995 sur PlayStation 1.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe une réimplémentation de ce jeu génial nommée wipEout Rewrite. Grâce au code source d’origine divulgué en 2022, le dev à l’origine de cette réécriture a réussi à adapter le jeu pour qu’il fonctionne sur les plateformes SDL2 et Sokol, avec une prise en charge des contrôleurs de jeu. Cette réécriture est disponible pour Linux et divers systèmes d’exploitation Unix, notamment FreeBSD, OpenBSD et bien sûr macOS.

Pour Windows c’est possible, mais un peu plus complexe à compiler. Le mieux reste donc encore de tester ce jeu mythique directement en ligne en cliquant ici. Les touches sont X pour accélérer, Z pour tirer, C/V pour freiner et A pour changer de vue.

Au-delà de la simple réécriture, le développeur a également ajouté des améliorations et des fonctionnalités non implémentées dans le jeu original. Parmi elles figurent des améliorations dans les collisions, l’éclairage et le champ de vision.

Malgré le fait discutable que wipEout Rewrite existe grâce à un vol de code source, cette réécriture nous offre un aperçu fascinant du développement de jeux vidéo dans les années 90. Les développeurs originaux ont dû surmonter de nombreux défis liés au matériel et à la 3D. Par exemple, la gestion du rendu dans wipEout était basée sur une bibliothèque appelée LIBGPU, qui gérait les calculs de perspective sur un coprocesseur de la PSX. Pour réussir cette réécriture en 2023, il a fallu non seulement comprendre comment fonctionnait LIBGPU, mais aussi la réimplémenter pour les plateformes modernes.

Bref, dans l’ensemble, le projet wipEout Rewrite est un excellent exemple de ce qui est possible avec un peu de passion et de détermination. Si ça vous branche de jeter un oeil aux sources ou tout simplement de jouer au jeu, c’est sur Github que ça se passe.

Ah et dans le même esprit, il existe également WipeOut Phantom.